仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Message  槌恵/Kozue le Mar 29 Juin - 14:35

Traduction d’un communiqué adressée au Pr. Arthur Waters, regardant ses recherches sur les EMI (expériences de mort imminente)

Destinataire : Professeur Arthur Waters, Services occultes royaux
Expéditeur : Professeur Yoshitoki Ishiguro, Ordre divin de recherche impérial
Date : 15 janvier 1871


Comme vous l’avez demandé, voici les informations de recherche pertinentes au cas du sujet 47. Ceci devrait vous permettre de comprendre les raison nous poussant à le transférer en Angleterre. Nous espérons sincèrement que votre plus grande expertise dans ce domaine vous permettra d’obtenir de meilleurs résultats.

Sujet d’expérience #47
Kozue Nakagawa
Âge : 9 ans
Sexe : Masculin
Taille : 4’7’’
Poids : 60 lb.
Couleur des yeux : Noirs
Couleur des cheveux : Noirs
Date de naissance : 24 mars 1861
Parent : inconnus
Date de début de l’expérience : 26 août 1863

Résultats préliminaires de recherche : Le sujet est celui ayant fourni les résultats les plus probants. A été déclaré cliniquement mort au cours d’un des premiers tests, avant d’être subitement revenu à la vie. A par la suite manifesté des aptitudes s’apparentant à de la perception extra-sensorielle, qui se sont avérées de plus en plus puissantes avec la répétition d’EMI. Au cours des dernières semaines, le sujet semblait commencer à deviner les pensées des autres sujets comme du personnel scientifique, ainsi qu’à pouvoir déplacer de petits objets sans y toucher.

Précautions à prendre : Le sujet est très docile et ne semble posséder aucune volonté de rébellion. Il n’a été affecté par aucune modification de quelque importance aux conditions expérimentales, et se tient toujours en attente entre deux tests, sans faire quoi que ce soit. Toutefois, étant donné ses capacités remarquables et son immense potentiel, il est primordial de prendre des mesures de sécurité correspondantes.
1. Autant que possible, le sujet doit être surveillé en tout temps.
2. Conserver le sujet dans un environnement contrôlé, à l’abri de toute influence extérieure.
3. Toujours demander au sujet d’exercer ses aptitudes dans un cadre précis et contrôlé.
4. NE JAMAIS TRAITER LE SUJET COMME UN ÊTRE HUMAIN.


Pièce jointe : communiqué original

宛先:陛下超自然奉仕のアーサー・ワターズ殿
差出人:皇帝 研究神秩序の石黒・嘉時殿
日付:1871年1月11日

お願いしまして、実験対象47の情報である。これで英国へ移送した訳が分かる筈です。こちらよりワターズ殿の高い知識がもっと結果にして望みます。

実験対象47
仲河・槌恵
年齢:9歳
性:男の子
背丈:4尺7寸
体重:7貫258匁
髪色:黒
目色:黒
生年月日:1861年3月24日
親戚:不詳
実験始め:1863年8月26日

事前結果の研究:この対象は、今まで一番面白い研究を持ったのです。最初の実験で死んでいましたが、直ぐ後で生き戻りました。その瞬間から超能力みたい適性を出して、臨死体験が繰り返しながら強くなりました。近頃、他の対象や科学者の思いを見通して、接触しなくて小さい客体を動かしてきました。

持たなくて行けない用心:この対象は凄く素直で反逆意思のないようです。情況が変わっても構わなくて、ずっと実験を待っていて何もしません。けれども、著しい能力と大きい潜在に考えていて、貞節な用心しなくてはいけないのです。
1. なるべく何時だって対象を看ていて下さい。
2. 外的の影響のない処で対象に警備さして下さい。
3. 対象の能力は、いつも抑える事態しかでさせて下さい。
4. ゼッタイに対象を『人間』で扱ってはイケマセン。



Extraits du journal de recherche du Pr. Arthur Waters
Mardi 17 janvier 1871
Le jeune Kozue est arrivé ce matin. À mon grand regret, je dois avouer qu’il m’est difficile de voir quelque chose d’humain en lui. Ce n’est pas qu’il soit monstrueux, bien au contraire. Il marche hagard, comme si le monde extérieur n’existait pas pour lui. Il ne réagit à aucun stimuli, qu’on lui parle ou qu’on le touche, si ce n’est que pour faire ce qu’on lui dit de faire. Et peu importe la demande, il le fait, sans poser de questions ou même hésiter. Lorsqu’il s’étend, immobile, on dirait un cadavre. Ce que sa peau pâle et sa frêle constitution n’aident pas. Mais le pire, ce sont ses yeux.
Jamais je n’ai vu d’yeux aussi profond et aussi vides. Plutôt que de véritables yeux, on dirait deux portes qui donnent sur les abysses elles-mêmes. On dirait qu’il y manque l’étincelle de la vie, ce petit quelque chose d’indéfinissable qui anime les hommes et qui disparaît à la mort.

Demain, nous ferons les premiers tests des « aptitudes » qu’il est censé posséder.


Mercredi 18 janvier 1871
Incroyable! Je n’ai jamais rien vu de tel!
La démonstration à laquelle moi et mes collègues avons assisté aujourd’hui est sans précédant. Au test de perception extra-sensorielle, le garçon a correctement deviné une centaine de cartes de suite, malgré que la pige soit brassée avec le paquet à chaque essai. Il a aussi montré une remarquable capacité à déplacer une pièce de monnaie sur une table sans effectuer le même mouvement.
Plus exceptionnel encore, il est parvenu à dire le nom complet de l’expérimentateur avec lequel il a accompli ces tests. L’exploit tient à ce que l’homme ne portait aucun badge sur lequel son nom n’ait été écrit, et qu’il n’a pas révélé cette information au petit. Même en ce moment, j’ai de la difficulté à y croire.

Mais cette voix… Je retire ce que j’ai déjà dit à son sujet. La partie la moins humaine de cet enfant n’est pas ses yeux, mais sa voix. Froide comme la mort, dépourvue de toute intonation, elle ne possède rien qui puisse rappeler l’humanité, même de loin. On dirait le son d’une machine. Est-ce là la véritable signification du quatrième avertissement que m’a donné mon collègue nippon?


Jeudi 9 février 1871
Nous avons aujourd’hui débuté les premières expériences visant à causer des EMI chez le sujet 47. La chose peut sembler cruelle à premier abord, mais il faut avoir été en contact avec le garçon pour bien saisir à quel point il semble… étranger à la notion même d’humanité. À mon corps défendant, j’éprouve de la difficulté à le différencier de tout autre objet de recherche inanimé.

Le sujet s’est montré étonnament résistant, capable d’endurer des EMI d’intensité beaucoup plus grande que ce que nous avons tenté sur nos propres sujets jusqu’à présent. Si l’hypothèse que nous avons formulée s’avère vraie, les capacités de PES déjà exceptionnelles du sujet s’en trouveront encore améliorées.


Vendredi 3 mars 1871
Nous avions raison! Aussi improbable que cela paraisse, le sujet 47 vient de nous montrer que ses aptitudes pouvaient encore progresser de beaucoup.

Tout d’abord, il s’est avéré capable de deviner pas moins de cinq cent cartes de suite (en brassant toujours chaque pige dans le paquet, tel que le prévois notre protocole d’expérimentation), alors même qu’il se trouvait dans une pièce différente de celle où l’expérimentateur tirait les cartes. De plus, il parvenait à les nommer dès qu’elles étaient pigées, exactement comme s’il se tenait juste derrière.

Il nous a ensuite montré qu’il pouvait déplacer des objets de taille et de masse beacoup plus importantes que lorsqu’il est entré ici. À notre grande surprise, il a pu soulever une table à plusieur pieds du sol d’un seul regard. Il semble aussi devenir capable d’exercer ses pouvoirs sur une distance augmentant rapidement.

Finalement, il a été capable de soutenir une conversation entière pendant plus de dix minutes avec l’un de mes collègues, bien qu’ils aient été séparés par une cloison de verre sufisamment épaisse pour que nul son n’ait pu passer de l’un à l’autre. Remarquable!

Nous attendons avec impatience les résultats des prochains tests.


Vendredi 24 mars 1871
C’est aujourd’hui que le sujet 47 atteint l’âge de 10 ans. La chose a été mentionnée à quelques reprises, loin des oreilles dudit sujet. Un sujet de discution mineur comme un autre, au même titre que le temps qu’il fait dehors.


Dimanche 26 mars 1871
Nous avons reçu aujourd’hui la visite de l’éminente Duchesse Josepha de Wettin, un autre membre important des Services occultes de Sa Majesté. Elle s’est montrée très intéressée par nos résultats, et plus particulièrement par le sujet 47.


Mercredi 5 avril 1871
Je suis si fatigué. Les expériences me prennent tout mon temps… et avec la paperasse administrative, c’est à peine si j’ai le temps de dormir.
J’ai tant besoin de sommeil que j’ai l’impression d’entendre les gens m’appeler. Ah, comme l’épuisement peut vous jouer des tours! J’ai même cru entendre Kozue m’appeler « papa ». Mais ce n’est qu’un tour que me joue mon esprit exténué. Je n’ai même pas vu le sujet 47 de la journée.


Mercredi 12 avril 1871
Mes collègues commencent à se comporter étrangement ces derniers temps. Ils deviennent de plus en plus nerveux, et incapable de tenir en place. Le phénomène semble d’autant plus accentué chez ceux qui ont passé le plus de temps avec le sujet 47. Se pourrait-il que…?


Vendredi 14 avril 1871
Enfer et damnation! Suite à une petite enquête, j’ai appris que la duchesse a envoyé une écharpe au sujet 47. Comme s’il s’agissait réellement d’un petit garçon!
Mais je ne mets pas le blâme sur elle. C’est ma faute, pour ne pas avoir fait de surveillance plus rigoureuse.


Samedi 15 avril 1871
Vous trouvez que je réagis beaucoup trop? Que ce n’est encore qu’une simple écharpe?

Vous ne comprenez pas. Bien sûr, vous ne pouvez simplement pas comprendre. Il faut avoir vu et entendu le sujet 47 pour bien comprendre. Il a peut-être l’apparence d’un frêle petit garçon, mais ce n’est qu’une coquille vide. Nulle ambition, nul esprit, nul âme ne l’habite.
Ne me dites pas que j’ai tort. Je sais que j’ai raison.


Jeudi 20 avril 1871
Ça y est. William, celui d’entre nous qui était le plus près du sujet 47, a finalement donné sa démission. Ou plutôt, nous avons été obligés de le placer à la retraite dans un asile. Il est devenu complètement instable, et hallucinait de phénomènes étranges.
Oh, il était parfaitement calme. Jusqu’à ce qu’il voit le sujet 47. Je n’ai jamais été témoin d’une explosion de rage et de volonté meurtrière aussi violente. Il a fallu que moi-même et trois autres de mes collègues interviennent pour l’arrêter.
Par la suite, après que nous l’ayons sorti, il s’est simplement arrêté et s’est mis à murmurer à voix basse. « Il est là, il regarde, il écoute. Partout, partout. Derrière chaque porte, chaque fenêtre, chaque miroir… Il va tous nous tuer… »

Visiblement, le pauvre William a irrémédiablement perdu toute santé mantale. Et je crains d’envisager quelle pourrait être la source de sa pauvre condition.

Toute expérience avec le sujet 47 est suspendue jusqu’à nouvel ordre. Le sujet doit être maintenu dans sa chambre et ne plus en sortir, sous quelque prétexte que ce soit. Moi et mes collègues lui apporteront ses repas à tour de rôle, afin de minimiser l’exposition de chacun.


Vendredi 9 juin 1871
La situation semble s’être stabilisée. Les choses vont bien ici.

Nous avons décidé d’engager le professeur Albert Heath, lui aussi membre des Services occultes de Sa Majesté – après tout, nous ne sommes pas désespérés au point de laisser un homme étranger à notre recherche pénétrer au cœur de nos opérations. Il se dit « psychologue », spécialiste du fonctionnement de l’esprit humain et des ressorts qui l’animent. Son rôle sera d’évaluer la situation mentale du sujet 47, afin de s’assurer qu’il soit toujours dans le même état que lorsqu’il est arrivé ici. Il va sans dire que nous avons laissé le professeur Heath avoir accès à toute l’information nécessaire concernant le sujet 47.


Jeudi 29 juin 1871
Décidément, le professeur Heath aurait dû faire partie de notre équipe dès le début.

Malheureusement, son verdict confirme mes pires cauchemars. Selon lui, l’acte de générosité accompli par la duchesse de Wettin a forcé le sujet 47, ou plutôt Kozue, à prendre conscience de sa propre valeur en tant qu’humain, même si ce n’est que ce façon sommaire. Toujours selon le professeur, il en aurait donc développé un ressentiment à l’égard de ses « geôliers », qui se serait transformé en volonté d’user de ses aptitudes contre nous.

Avec beaucoup de réserve, j’ai accepté la demande du professeur Heath de continuer à travailler le cas du jeune Kozue. Si Dieu le veut, nous pourrons bientôt reprendre la recherche à proprement parler.


Vendredi 7 juillet 187
J’en remercie le Seigneur, le professeur Heath est parvenu à rétablir l’état mental du sujet 47. Moi et d’autres de mes collègues l’avons approché, avec beaucoup de réserve il est vrai, et il nous est apparu que le sujet avait retrouvé l’état dans lequel il est arrivé chez nous.

Soulagé, j’ai donné congé à notre collaborateur particulier. J’ai l’impression qu’il y a de l’avenir dans cette étrange discipline qu’il nomme « psychologie ».


Samedi 29 juillet 1871
Tout va pour le pire! Les symptômes ont recommencés, et encore pire qu’avant. J’en suis moi-même affecté. Je ressens une présence, comme s’il y avait toujours quelqu’un derrière moi, qui m’observe et qui attend de frapper. Je sais que ce n’est qu’un tour que me joue mon esprit, mais je n’arrive tout de même pas à chasser ce sentiment oppressant.


Mardi 1er août 1871
C’en est trop. J’ai appris ce matin que le professeur Heath avait été placé dans le même asile que William.

J’ai peur que Kozue nous ait menés en bateau depuis le début. Après tout, il ne serait pas étonnant qu’il ait influencé l’esprit du professeur afin de nous faire croire ce qu’il voulait... Quand je pense qu’il se joue de nous comme de vulgaires pantins! Ses pouvoirs semblent grandir à chaque jour, sans que nous puission rien y changer.

Nous avons atteint le point de non-retour. Il n’y a qu’une seule façon de sauver notre laboratoire, pour ne pas mentionner nos propres vies et même nos âmes. Le sujet 47 doit mourir.


Mercredi 2 août 1871
Ça y est, tout est terminé. Fin du projet de recherche.

Le sujet 47 a été mis hors de danger de nuire, et ce de façon définitive. Il suffisait d’augmenter assez la dose au cours de l’expérience EMI. Ce sont les risques du métier.

Cette histoire restera enfermée dans ses murs. Le groupe de recherche est dissocié, et aucun de nous ne reviendra ici, ni ne mentionnera le sujet 47 sous aucun prétexte.



Lettre de l’assistant de laboratoire Jonathan Fisher au professeur Arthur Waters
Cher Arthur,

J’aimerais bien prendre de vos nouvelles, mais la situation est plus que grave.

Je sais qu’il est dangereux de le mentionner ainsi, mais j’ai l’impression que le cas du sujet 47 n’est pas encore complètement résolu. Je l’entends encore me parler la nuit, lorsque je ne trouve pas le sommeil – ce qui m’arrive fréquemment ces jours-ci. Après tout, c’est quand même moi qui lui ai donné la piquûre.

Malgré la consigne de toujours le considérer comme un simple sujet d’expérience, ou peut-être même à cause de cette même consigne, je ne peux m’empêcher de pensé que j’ai tué un être humain. Un enfant, qui plus est!

J’ai peur, Arthur. J’ai l’impression que je vais finir comme William.

Répondez-mois aussi vite que possible, je vous en supplie.

Votre sincère ami,
Jonathan



Pensées errantes d’un fantôme, interceptées entre août 1871 et octobre 1872
C’est étrange, je ne peux plus sentir mon corps.
Les hommes en blanc ont décidé qu’ils n’avaient plus besoin de moi. Alors ils m’ont tué. Bien sûr, je savais qu’ils allaient le faire. Je savais toujours ce qu’ils allaient faire. Mais je n’en avais rien à faire. Je n’étais qu’un objet, pour eux.
J’aimerais revoir cette gentille femme. Elle au moins était gentille avec moi.
En même temps, c’est à cause d’elle que les hommes en blanc sont devenus vraiment méchants avec moi. C’est vrai, quand j’y pense, tout est de sa faute. Alors je vais aller la revoir. Pour me venger. Ça devrait être facile, non?
Et d’abord, où suis-je? Je ne vois rien. Je n’entends rien. Je ne sens rien. J’ai l’impression de flotter dans le vide… Non, je suis couché sur le dos. Je vais essayer de me lever.
Ah, voilà qui est beaucoup mieux. Maintenant je vois… mais je ne sais pas plus où je suis. Le sol est étrange, il semble mou et tout brun, même si les couleurs sont très fades ici. Et il y a toutes ces pierres placées tout autour de moi, avec ces étranges dessins gravés dessus. Le plafond aussi est étrange, tout noir avec plein de points blancs. Et ce grand rond lumineux… Je me demande ce que c’est.
Bon, allez, je me lève. Bizzare, mon corps passe à travers le sol… C’est peut-être pour ça que je ne voyais rien. Si j’étais sous le plancher…
Où aller? Je vais essayer de trouver quelqu’un qui pourrait m’aider. Ça ne devrait pas être trop difficile. De toute façon, les gens pensent toujours trop fort.

Tout le monde m’ignore complètement. Peu importe le bruit que je fais, je n’arrive à réveiller personne. Et ceux qui sont encore debout ne me voient et ne m’entendent pas. Je peux même passer à travers eux sans qu’ils réagissent.
Alors je dois aller de l’avant. Le prochain n’aura pas le choix de tout me dire, même s’il ne veut pas. Personne ne peut rien me cacher.

Alors, c’était si simple! Je suis mort, mon esprit a été séparé de mon corps. Je ne comprends pas pourquoi les gens ont si peur de mourir, ce n’est rien en fait. Même, je vais beaucoup mieux maintenant que je suis mort!

J’aimerais pouvoir comprendre ces étranges symboles placés un peu partout. Sûrement, les gens d’ici doivent pouvoir le faire! Alors, ça devrait être facile d’apprendre, non?

Wow, le monde est beaucoup plus grand que je le pensais! Mais j’ai appris que la femme était en Allemagne. Je ne sais pas vraiment où c’est, mis à part que c’est bien loin… Dommage, je me reprendrai la prochaine fois qu’elle viendra ici. Après tout, si elle est déjà venue une fois, elle devrait revenir, non?
En attendant, ce que je m’ennuie! Être mort c’est bien mieux que d’être vivant, mais ça me manque d’avoir un corps. Au moins les gens pourraient me voir.
Peut-être que je pourrais essayer d’emprunter celui de quelqu’un d’autre. Ça ne devrait pas être trop difficile.

Ah, que ça fait du bien! J’avais oublié comment les couleurs étaient vives et les sons clairs!
Et cette chaleur! Je n’aurais pas pensé que ça ferait autant de bien de retrouver un corps!
Bien, que faire maintenant? Je crois que je vais continuer à me promener un peu. Pour me dégourdir les jambes.

Décidément, les gens ne savent pas s’amuser! Tout le monde a pris peur dès que j’ai commencé à faire de simples petits tours. Et ces hommes en imperméables, qui voulaient m’enfermer encore! Ils ne m’auront pas de sitôt…

Quoi! Je n’y crois pas, ils m’ont encore tué! C’est décidé, je vais me payer leur tête.
Je les ai suivis un peu. On dirait qu’ils se réunissent souvent dans cet édifice, avec la grande pancarte « Service de police ». J’ai compris qu’ils étaient censés protéger les autres gens… Bien sûr! C’est pour ça qu’ils m’ont tiré dessus!

Les humains sont si simples. Quelques petits tours et ils se mettent à croire n’importe quoi.
Viennent ensuite les hallucinations et rapidement ils perdent la boule. Je ne me lasse jamais de voir ça.
Bon, je retourne me trouver un corps. C’est bien plus amusant lorsqu’on a un corps!

J’aime bien ma nouvelle forme. Assez grand, pas trop musclé et plutôt maigre. C’est assez proche de ce que j’étais avant. Sauf qu’il a les yeux verts et les cheveux bruns, ça fait changement. Et puis il m’a l’air de quelqu’un de parfaitement ordinaire, pas du tout le genre à attirer trop d’attention. J’ai pas envie qu’on vienne me déranger.

Je suis tombé sur quelqu’un d’étrange aujourd’hui. Il avait l’air parfaitement normal, mais je l’ai vu se transformer en loup et partir à la course vers la forêt.
Ça m’intrigue. Je vais essayer de le retrouver et de lui parler un peu.

Finalement, le gars était vraiment très intéressant. Il a fallu que je le pousse un peu pour qu’il accepte de me parler franchement, mais j’ai beaucoup appris avec lui. Il avait le pouvoir de se transformer pour avoir une forme humaine, une forme de loup, ou n’importe quoi entre les deux. Et en plus, il est sensé y avoir d’autres gens comme lui. Et peut-être même d’autres gens avec des pouvoirs différents.
Mais je trouve ça très bien de pouvoir transformer son apparence. J’aimerais essayer de faire comme lui… ça ne doit pas être très compliqué, suffit de vouloir que ça arrive.

Finalement, c’est beaucoup plus difficile à faire que je pensais. Je crois pas que ça en vaille vraiment la peine.

Vraiment, je commence à m’ennuyer ici. C’est toujours la même chose… J’espère trouver quelque chose d’intéressant bientôt.



Pensées errantes d’un fantôme, interceptées en décembre 1883
Cela fait maintenant près de neuf ans que je me tiens avec Theodore, Neville, Clara et les autres. Vraiment, je suis content de les avoir rencontrés. Comme moi, ils font des choses qu’ils ne devraient pas pouvoir faire. Lever des carosses tout en étant immobile de l’autre côté de la rue, par exemple. Il y en a qui disent être capable de quitter leur corps, mais je reste le seul qui soit déjà mort.
Je ne sais pas si certains d’entre eux le savent. Après tout, je ne suis pas le seul à pouvoir lire les pensées. Mais nous nous sommes appris à bloquer nos esprits depuis un certain temps déjà.
Pour l’instant on ne fait pas grand-chose. On était une vraie bande de délinquants avant, mais maintenant on s’est mis d’accord qu’il fallait qu’on évolue un peu.

C’est… c’est horrible…
Ils sont surgis de nulle part, au beau milieu de la nuit. Des vampires, je crois. À tout le moins, ils en avaient la peau pâle, les crocs et la soif de sang. Peu importe, ils ont tué tout le monde. Sans exception. Même moi.
Au moins je leur ai rendu la pareille. On devrait être quittes, maintenant.
À quelque part, je m’attendais un peu à ce que mes amis soient toujours là. Mais ça fait déjà un certain temps que j’ai compris que ce n’est pas tout le monde qui devient un fantôme en mourant.
J’ai essayé de prendre le corps d’un de ces monstres, un de ceux qui n’est pas devenu un petit tas de cendres. Ça n’a pas vraiment fonctionné non plus. Il semblait mort depuis trop longtemps. Pour l’instant, j’erre encore un peu à travers les rues. Ça me fait du bien de retrouver mon corps plasmique une fois de temps en temps.

Quelqu’un s’avance vers moi… Un autre fantôme, on dirait. Très étrange, il n’a pas l’air normal.
Une espèce de robe blanche, avec des grandes manches amples, et un chapeau un peu carré tenu en place par des cordes. Il tient une sorte de tige en bois avec des bandes de papier ondulé.
Et le plus étrange, c’est qu’il me semble familier.
Je vais aller lui parler, pour voir.

Quelle langue étrange. Pourquoi suis-je capable de la comprendre?



Traduction d'une discussion entre deux fantômes
― Bonsoir, Kozue. Comment allez-vous?
― Pas très bien. Tout le monde est mort…
― Allons, allons. Leurs âmes ne sont pas perdues. Ils ont rejoint les rangs des dieux.
― Qu’est-ce que c’est que ce charabia?
― Il est temps que vous retrouviez vos véritables origines. La souillure de l’étranger a taché la pureté de votre esprit.
― Mais qu’est-ce que vous voulez à la fin!?
― Tu dois te rappeler! Où le soleil se lève-t-il? Quelle est la beauté d’avril?
― Je… je ne sais pas.
― Vous suivez le chemin du démon. Seul, vous vous perdrez. Laissez-moi vous aider, et vous connaîtrez le salut.
Moment d’hésitation. Kozue cherche la réponse en lui, et ne la trouve pas.
― D’accord… que me conseilles-tu?
― Un choix judicieux que celui que vous venez de faire.

Un cri d’épouvante et de douleur traverse le monde des morts.


Compte rendu (original) de cette même conversation
― 今晩は、槌恵君。お元気でございますか。
― 元気じゃない。皆死んだから。
― 気にいたしないで下さい。魂はまだお生きいたしております。神にお成りいたしました。
― 何言ってる。
― 本当の自分を見つけの時がおあがりいたしました。外人の汚点は槌恵君の精神の純度をお汚しいたしました。
― そっな事何なんだよ。
― 覚えなくては行けないよ。お日様は何処でお立ちいたしますか。四月の華は何のでございますか。
― ワッ…分からない。
― 悪魔の道をお歩きいたしております。一人ならお逆上せて仕舞います。私に手伝ってあげさせたら、救いに成るでしょう。
躊躇の瞬間。槌恵は、答えを探して見つけられない。
― いい。勧めるのは何。
― それは至当な選び方でございます。

恐怖と痛みの叫びが死界で響いた。



Pèlerinage fantômatique : résumé du voyage d’un spectre
Suite à sa fusion avec l’Ombre, l’esprit se présentant sous le nom de Kozue erra quelque peu avant de retrouver à nouveau un corps physique. Optant pour de simples itinérants sans importance, il se contenta d’abord de se réhabituer au monde des vivants, avant de se consacrer à nouveau à ses idéaux de vengeance. Bien qu’il souhaitait toujours la destruction de tous les vampires, les souvenirs de son enfance étaient revenus à la course pour le hanter.
Au cours des premières années, il mena son enquête sur l’identité de ses tortionnaires. Ne sachant par où commencer, le processus fut très long. Sans oublier qu’il prit le temps d’éliminer la plupart des vampires qui croisèrent sa route – il n’y en eu que très peu, mais il y en eu tout de même. Petit à petit, ses pouvoirs s’affinant et gagnant en force au passage, l’esprit parvint à retracer l’organisme au nom duquel tout ce qu’il avait subit avait été fait.
« Services occultes de Sa Majesté ».
avatar
槌恵/Kozue

Messages : 11
Date d'inscription : 16/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Message  槌恵/Kozue le Mar 29 Juin - 14:41

C'était la partie "histoire"; poursuivez la lecture pour le reste de la "fiche traditionnelle".

Nom de famille : Nakagawa (仲河)
Prénom : Kozue (槌恵)
Titre : Aucun
Identité d’emprunt : Joshua Nathaniel de Stuart
Âge : 34 ans
Type : Spectre (Wraith)/Psychique
Nationalité : Japonais

Description Physique
Le corps physique de Kozue change selon la personne qu’il possède. Son hôte actuel est le jeune garçon d’une douzaine d’années d’une famille noble, un petit brunet aux yeux verts. Toujours vêtu, bien évidemment, de vêtements seyant à son rang, c’est un enfant à l’air réservé qui passe souvent inaperçu.
Lorsque Kozue quitte son corps d’accueil, toutefois, il reprend sa véritable apparence – celle qu’il avait à sa mort. Toujours celle d’un petit garçon, ses cheveux et ses yeux bridés sont d’un noir de jais. Il semble fait et vêtu de brume grise, ondulant légèrement au gré de vents inexistants. Son regard comme sa voix sont le plus souvent parfaitement inexpressifs, ce qui fait souvent qu’il ne semble même pas humain.
Quelques images (liens) pour avoir une idée : corps d'accueil, fantôme 1 et fantôme 2

Description Psychologique
Kozue, malgré son âge relativement mature, possède encore beaucoup de traits enfantins. Il se lasse vite des choses qu’il considère ennuyantes, ce qui inclut la plupart des gens avec qui il interagit. Toutefois, il n’est pas irréfléchi et sait se servir de sa tête. Il possède de plus une conviction à toute épreuve et est prêt à faire tout ce qui est nécessaire pour mener à bien ses objectifs.
Il lui arrive aussi de voir des choses visibles à lui seul. Ce n’est pas tant qu’il possède une d’exceptionnels dons, mais plutôt le résultat d’une instabilité mentale de longue date. Il arrive parfois qu’il montre ses visions à d’autres, mais un tel acte n’est jamais de bon augure.

Description de vos aptitudes
Tout d’abord, Kozue est un spectre, l’esprit réminiscent d’un humain mort. Il existe dans un « niveau de réalité » différent de celui du commun des mortels – et de la grande majorité des être surnaturels aussi –, le monde des morts (beaucoup d’originalité ici). De là, il peut voir le monde des vivants comme à travers une vitre sale, perspective, on s’entend, peu joviale. Étant un fantôme, il a bien sûr la capacité de traverser les objets solides, auxquels il est insensible si ce n’est un léger sentiment d’inconfort.
Mais Kozue n’est pas uniquement cela. Doté de puissantes capacités psychiques de son vivant, il a conservé ses pouvoirs à travers le voile de la mort. Il excelle notamment dans les catégories de la télépathie, la télékinésie et la perception extra-sensorielle. Il peut donc fouiller de fond en comble l’esprit d’une créature pensante afin d’en extraire ce qu’il souhaite, projeter ses pensées et même sa volonté, altérer les perceptions de ses victimes (portée effective de dix mètres), soulever à peu près n’importe quel objet sans plus d’effort que de le vouloir (portée effective de dix mètres aussi, la vitesse de déplacement dépend de la masse de l’objet et de la concentration), et étendre ses sens comme s’il se trouvait ailleurs (aucune limite de portée, mais requiert un effort croissant selon la distance). Il peut aussi se réfugier dans un monde de sa création caché au fond de son esprit (voir domaine) en entrant dans une sorte de transe méditative, où il perd toute notion du monde extérieur. Bien que cette visite le rende effectivement sans défense, Kozue peut décider de faire entrer quelqu'un (ce qui plonge le visiteur dans le même état méditatif) qui effectue un contact physique direct avec lui (peau-peau, par exemple placer une main sur la tête). Le déroulement de la visite dépendra de la relation entre l'invité et Kozue, pouvant aller de la promenade de santé à une véritable séance de torture psychologique.
Finalement, le spectre possède une dernière aptitude, qu’il a mise au point en intégrant sa nature de fantôme à ses pouvoirs mentaux. Il peut prendre entièrement possession du corps d’un être humain (ne fonctionne pas sur des vampires et autres créatures mortes, non testé sur d’autres créatures surnaturelles), détruisant la personnalité d’origine pour retrouver un corps physique et marcher à nouveau parmi les vivants. Il est à noter que tuer l’hôte expulse seulement le spectre, qui peut alors se promener à nouveau comme esprit défunt et se trouver un nouveau corps s’il le désire.

Description du domaine
Par souci de simplicité, Kozue réside là où son corps d’accueil vivait lorsqu’il avait encore une volonté propre. En ce moment, il s’agit donc du manoir de ses « parents », situé sur un grand domaine boisé en bordure de Londres, où il a de plus accès à nombre de domestiques.
Toutefois, le spectre se réserve aussi son propre domaine privé. On y accède par un escalier de pierre partant d’un petit chemin de terre caché en pleine forêt. Au sommet se trouve un dégagement pavé et un édifice à l’architecture complexe et exotique. Quelques statues représentant divers animaux entourent le lieu. Une ambiance très religieuse plane, renforcée par ce qui semble être des lieux de prière, bien que rien ne rappelle la moindre religion. (Pour ceux s’y connaissant un peu, c’est un temple shinto.)
Il s’agit en fait d’un endroit fictif, une sorte de presque-réalité existant à l’intérieur de l’esprit de Kozue à laquelle il peut accéder par le biais d’une sorte de méditation (voir aptitudes). Elle a été créée par l'autre fantôme avec lequel Kozue a fusionné.


Contexte lu, o.O, box.net
avatar
槌恵/Kozue

Messages : 11
Date d'inscription : 16/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Message  Leonardt Silverkey le Mar 29 Juin - 15:52

Une grande épopée, un personnage palpitant et un grand ajout (à venir) pour les Services Occultes. Ces connards de sangsues vont payer, n'est-ce pas Raven?

Je valide!

_________________
"Le problème avec la magie c'est que c'est comme coucher avec la conjointe de son meilleur ami. Tôt ou tard, l'ami revient nous passer à tabac."
-Leonardt Silverkey
avatar
Leonardt Silverkey
Admin

Messages : 34
Date d'inscription : 30/04/2010
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://ombresdelondres.monempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Message  Maria Solstice le Mer 30 Juin - 12:39

Wow ced! c'est que trop malade! combien t'a mi d'heures la dessu!! Incroyable, super histoire, j'en revient pas!
avatar
Maria Solstice

Messages : 45
Date d'inscription : 15/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Message  Raven Redgrave le Ven 6 Aoû - 20:31

Et bien je suis vraiment impressionnée par la qualité de la fiche que je viens de lire! C'est sans conteste la plus longue que j'ai jamais vu, la plus travaillée aussi je dois en déduire. Vraiment, félicitations et surtout, la plus grande bienvenue à toi parmi nous! Ton personnage aura de quoi enrichir le forum de son histoire, ma foi, épique ainsi que de la qualité d'écriture de son joueur admirable ^_^

Je confirme la validation à grands hochements de tête oui! Ravie de te compter parmi nos membres, Cédric!
avatar
Raven Redgrave
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 08/05/2010
Localisation : Mon humble demeure à Moonshire.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 仲河槌恵、死んで誇る - Kozue Nakagawa, mort et fier de l'être

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum